Chirurgie intime de la femme

  • Accueil
  • Chirurgie intime de la femme

La plastie de la vulve ou nymphoplastie

Les demandes de chirurgie de la vulve sont de plus en plus fréquentes. En effet, de nombreuses femmes sont gênées au quotidien en raison de frottements dus à des sous-vêtements échancrés, des vêtements serrés, lors de la pratique du sport ou lors des rapports sexuels. L’aspect inesthétique de la vulve est également un motif de plus en plus fréquent de consultation. (il est important de remarquer que la normalité est très subjective)

Pendant longtemps cette demande n’a pas été prise en charge. Mais aujourd’hui les techniques chirurgicales se sont précisées afin d’obtenir de meilleurs résultats.

On distingue essentiellement 2 interventions de la vulve qui peuvent être combinées si besoin :

  • La plastie des petites lèvres vaginales qui consiste le plus souvent en une réduction de leur taille
  • L’augmentation du volume des grandes lèvres vaginales

Cabinet de consultation Lyon

04 72 82 65 72

Accès

La plastie des petites lèvres vaginales :

Les petites lèvres peuvent être de taille trop importante ce qui entraine une gêne due aux frottements ou à leur irritation et un aspect inesthétique des petites lèvres qui dépassent largement les grandes lèvres ou « pendent ».
L’excès de taille des petites lèvres peut se voir dès l’enfance, à la puberté ou apparaitre ou s’aggraver avec les grossesses et l’accouchement.

L’intervention consiste à corriger cet excès :
Mais les interventions classiques de résection longitudinale simple donnent de mauvais résultats car elle laisse une cicatrice tout le long de la petite lèvre qui peut être gênante et ne corrige pas toujours correctement l’excès.

Ainsi d’autres interventions dérivées des techniques de chirurgie plastique se sont développées. C’est le choix qu’a fait Le Dr LASSERRE qui utilise une technique combinant une résection triangulaire avec un lambeau permettant d’éviter la cicatrice le long de la petite lèvre et permettant une réduction de la taille à la demande. Le résultat est beaucoup plus anatomique que la technique classique.

 

L’augmentation des grandes lèvres

Les grandes lèvres vaginales peuvent par insuffisance de volume ne pas recouvrir les petites lèvres.
Une réinjection de graisse prélevée comme une lipoaspiration au niveau des cuisses peut corriger cela. La graisse est aspirée avec une canule très fine, traitée pour être purifiée et réinjectée au niveau des grandes lèvres. Le volume de graisse réinjecté nécessaire varie de 30 cc à 100 cc environ.
Le résultat se stabilise à 3 mois et devient quasiment définitif.
Une alternative cette technique chirurgicale est l’injection d’acide hyaluronique au cabinet de consultation (mais le résultat est temporaire : 8 mois environ)

La combinaison de la réduction des petites lèvres et de l’augmentation des grandes lèvres permet une correction globale de la vulve dans le respect de l’anatomie de chaque patiente

Les informations données ici par le docteur Lasserre ne peuvent en aucun cas se substituer à une consultation auprès d’un chirurgien qualifié qui pourra vous donner des informations claires, complètes et pourra répondre à toutes vos questions.

Foire Aux Questions

A quel âge peut-on réaliser cette chirurgie ?

On réalise en principe cette chirurgie chez les femmes ayant déjà eu leur(s) grossesse(s) désirée(s). Mais il est possible de réaliser cette chirurgie chez la jeune femme après la puberté si la gêne est très importante.

Une anesthésie générale est-elle nécessaire ?

Pour une simple plastie des petites lèvres une anesthésie locale suffi. En cas d’augmentation des grandes lèvres une anesthésie générale courte est nécessaire. Le type d’anesthésie est dans tous les cas décidé en consultation après discussion avec la patiente.

Y a-t-il une hospitalisation ?

En cas d’anesthésie locale, non, la patiente peut repartir seule en voiture
En cas d’anesthésie générale une hospitalisation ambulatoire de quelques heures à la clinique est nécessaire. Il faut un accompagnant pour le retour. La conduite étant interdite

Quelles sont les gênes après l’intervention ?

Les suites opératoires sont assez simples. Il y le plus souvent un gonflement et des bleus, des sensations de tiraillement et de picotement. Il peut y avoir de légers saignements pendant 48h comparables aux règles nécessitant le port d’une protection dans le sous vêtement qui doit être confortable.
Le sport et les rapports sexuels sont interdits pendant 1 mois.

Doit-on arrêter de fumer pour réaliser l’intervention ?

Oui, il est impératif de stopper le tabac (cigarette électronique sans nicotine possible) au moins 1 mois avant l’intervention et pendant 1 mois après l’intervention. Le tabagisme fait courir le risque de non cicatrisation qui est très difficilement corrigeable ensuite.

D'autres questions ?

Besoin d'un avis ?

En soumettant ce formulaire, j'accepte que mes informations soient utilisées exclusivement dans le cadre de ma demande et de la prise de contact qui pourrait en découler.

Pour connaitre et exercer vos droits, notamment de retrait de votre consentement à l’utilisation des données collectées par ce formulaire, veuillez consulter notre politique de confidentialité.