FAQ

Augmentation mammaire par implants

Il y a plusieurs façons d’envisager une augmentation mammaire. Le choix de l’implant, de la cicatrice, de la position de la poche de l’implant peut différer d’un chirurgien à l’autre. Il n’existe pas une technique supérieure à l’autre mais ces choix peuvent modifier de manière significative le résultat obtenu… En savoir plus

A partir de quel âge peut-on faire une augmentation mammaire ?

Il est préférable d’attendre 18 ans pour sa réalisation. Il est néanmoins possible de réaliser une consultation pour avis avant cet âge.

La mise en place d’un implant gène t-elle une grossesse future ?

Non, l’implant n’empêche pas une grossesse ou l’allaitement, par contre le résultat de la forme du sein peut se modifier. Il est donc préférable si la grossesse est envisagée rapidement de reporter l’augmentation mammaire. Il est souhaitable d’attendre 1 an après l’accouchement pour réaliser une chirurgie mammaire

Y a t’il des examens nécessaires à faire avant l’intervention ?

Oui une échographie ou une mammographie afin de dépister une lésion méconnue du sein, ainsi qu’une consultation pré-anesthésique.

Existe-t-il un risque vis-à-vis du cancer du sein ?

Non, le recul important permet d’affirmer qu’il n’y a pas de risque augmenté du cancer du sein (les cancers canalaires et les cancers lobulaires ) chez une patiente porteuse d’implants mammaires, que le dépistage reste efficace et que le traitement recommandé en cas de survenue d’un cancer peut être réalisé normalement. Il est par contre reconnu que le Lymphome Anaplasique à Grande Cellule (cancer très rare 173 dans le monde recensé depuis 15 ans contre 40-50 000 cas de cancer du sein / an en france ) est plus fréquent.

En quelle matière sont fabriqués les implants mammaires ?

Il faut différencier le matériel de remplissage et l’enveloppe. La majorité des implants sont rempli actuellement d’un gel de silicone plus ou moins dense, élastique et cohésif qui donne le toucher ferme et naturel d’un sein jeune. Certains implants peuvent être rempli de sérum physiologique qui est moins naturel au toucher. L’enveloppe est également constituée dans la majorité des cas de couches de silicone. Il existe une alternative en polyuréthane.

Y à t’il différentes formes d’implant ?

Oui, il existe des implants de forme rondes (les plus connus) , les implants anatomiques en forme de poires qui permettent un résultat encore plus naturel, et les implants asymétriques qui ont été développés pour s’adapter au mieux à la forme du thorax.

Comment choisir le volume de l’implant ?

Différentes approches sont possibles. Pour un résultat naturel il est important que les dimensions de l’implant soient adaptées aux mesures du sein natif et du thorax. Pour un résultat naturel et stable dans le temps le volume doit rester raisonnable.

Doit on changer les implants mammaires ?

Oui les prothèses mammaires ne peuvent pas être gardées à vie. On recommande un changement d’implant à partir de 10 ans d’implantation. Actuellement il est possible de garder un implant 15 ans si il n’y a aucune rupture décelable lors des consultations de contrôle annuelles et les bilans radiologiques (échographie , IRM).
Dans tous les cas un suivi régulier (annuel) est recommandé pour toute patiente porteuse d’implant mammaire.

Y a t’il des précautions à prendre quand on porte un implant mammaire ?

Non, une patiente porteuse d’implant mammaire à une vie parfaitement normale.

Cabinet de consultation Lyon

04 72 82 65 72

Accès

Augmentation mammaire par lipomodelage

L’injection de graisse est une technique utile pour les patientes désirant une augmentation mammaire modérée (ou juste redonner du galbe leur poitrine), pour corriger les anomalies mammaires (congénitales ou suite à une chirurgie mammaire) ou enfin pour la reconstruction mammaire après cancer… En savoir plus

Dans quel cas ne peut on pas faire de lipomodelage ?

Le lipomodelage pour augmentation de volume peut être contre indiqué si le risque de cancer mammaire de la patiente est important (antécédents familliaux ou personnels) non pas qu’il en augmente le risque mais en raison du risque de coïncidence. Ainsi, il est indispensable d’évaluer avec le chirurgien ce risque et un examen radiologique de dépistage (échographie, mammographie ou IRM) est indispensable avant l’intervention.
Dans le cadre d’une reconstruction mammaire après cancer (patiente à risque de cancer) , le lipomodelage est bien sur possible à condition que le cancer soit traité et que le suivi oncologique soit correct.

Le lipomodelage n’est pas recommandé chez les patientes qui fument, car le tabac diminue la circulation sanguine au sein des micro-vaisseaux capillaires et diminue fortement la prise de la graisse réinjectée. On peut néanmoins le réaliser à condition de stopper le tabac 1 mois avant l’intervention pour une durée de 2 mois.

Le lipomodelage n’est pas indiqué si une augmentation importante du volume est souhaitée. Le recours à un implant mammaire est alors incontournable.

Enfin les patientes extrêmement maigres, n’ayant pas assez de graisse disponible ne sont pas des bonnes candidates pour le lipomodelage car le gain de volume sera alors minime.

Combien de temps dure le résultat ?

Le résultat définitif de l’augmentation mammaire par lipomodelage sera visible trois mois après l’intervention chirurgicale. Une nouvelle séance de lipofilling est possible après 3 à 6 mois.
Le résultat est ensuite définitif, à condition que le poids de la patiente reste relativement stable.
La morphologie du sein évoluera normalement avec les années comme le sein d’une autre femme.

Y a t’il des risques ?

L’infection est rare mais possible (il s’agit souvent d’une bactérie naturellement présente sur la peau de la patiente qui entre par les cicatrices, se multiplie et crée l’infection).

L’aspect des cicatrices est très variable d’une personne à l’autre, et peuvent parfois rester visibles mais les cicatrices sont très petites pour cette intervention et ne posent donc que très rarement de souci.

La formation de kyste graisseux (dégénérescence d’une quantité de graisse ou stéatonécrose) peut apparaître parfois plusieurs mois après l’intervention, mais il est sans danger. S’il est gênant il peut être ponctionné ou parfois nécessite une petite intervention pour le retirer.

Il n’y a en tous cas pas d’augmentation du risque de cancer du sein après un lipomodelage. Les patientes doivent suivre à distance de l’intervention le dépistage classique en fonction de leur âge.

Y a t’il un suivi chirurgical nécessaire ?

Hormis le suivi postopératoire immédiat et durant 1 an il n’y a ensuite pas de suivi nécessaire sauf en cas de problème particulier.
A un an un examen radiologique de contrôle permettra de donner une nouvelle « photographie » de la glande mammaire qui servira de référence pour les examens de suivi ou de dépistages ultérieurs.

Le lipomodelage est-il remboursé ?

Pour une augmentation mammaire esthétique, il n’existe actuellement pas de remboursement pour le lipomodelage.

Dans le cadre de malformations thoraciques ou mammaires, d’une asymétrie de volume ou pour la reconstruction mammaire après cancer, un remboursement est possible (frais d’hospitalisation, d’intervention, une partie des honoraires chirurgicaux et d’anesthésie).

Chirurgie intime de la femme

Les demandes de chirurgie de la vulve sont de plus en plus fréquentes. En effet, de nombreuses femmes sont gênées au quotidien en raison de frottements dus à des sous-vêtements échancrés, des vêtements serrés, lors de la pratique du sport ou lors des rapports sexuels…. En Savoir plus

A quel âge peut-on réaliser cette chirurgie ?

On réalise en principe cette chirurgie chez les femmes ayant déjà eu leur(s) grossesse(s) désirée(s). Mais il est possible de réaliser cette chirurgie chez la jeune femme après la puberté si la gêne est très importante.

Une anesthésie générale est-elle nécessaire ?

Pour une simple plastie des petites lèvres une anesthésie locale suffi. En cas d’augmentation des grandes lèvres une anesthésie générale courte est nécessaire. Le type d’anesthésie est dans tous les cas décidé en consultation après discussion avec la patiente.

Y a-t-il une hospitalisation ?

En cas d’anesthésie locale, non, la patiente peut repartir seule en voiture
En cas d’anesthésie générale une hospitalisation ambulatoire de quelques heures à la clinique est nécessaire. Il faut un accompagnant pour le retour. La conduite étant interdite

Quelles sont les gênes après l’intervention ?

Les suites opératoires sont assez simples. Il y le plus souvent un gonflement et des bleus, des sensations de tiraillement et de picotement. Il peut y avoir de légers saignements pendant 48h comparables aux règles nécessitant le port d’une protection dans le sous vêtement qui doit être confortable.
Le sport et les rapports sexuels sont interdits pendant 1 mois.

Doit-on arrêter de fumer pour réaliser l’intervention ?

Oui, il est impératif de stopper le tabac (cigarette électronique sans nicotine possible) au moins 1 mois avant l’intervention et pendant 1 mois après l’intervention. Le tabagisme fait courir le risque de non cicatrisation qui est très difficilement corrigeable ensuite.

Inducteurs tissulaires

Les inducteurs tissulaires sont apparentés aux produits volumateurs et permettent de redéfinir les volumes et de gommer les rides profondes. Comme l’acide hyaluronique ou la toxine botulique, les inducteurs tissulaires sont des molécules facilement absorbées En savoir plus

Comment se déroule une séance d’injection d’inducteurs tissulaires?

L’injection de produit à lieu à dans le cabinet du médecin. L’anesthésie locale est rarement nécessaire car l’injection est quasiment indolore.
L’intervention dure entre 20 et 30 minutes, d’autres techniques complémentaires comme l’utilisation de l’acide hyaluronique peuvent être associées pour obtenir de meilleurs résultats

Y a-t-il des complications après une injection d’inducteurs tissulaires ?

Les risques sont très limités après une injection. La patiente peut constater des bleus ou un léger gonflement de la zone traitée quelques jours après l’intervention.
Le résultat quant à lui est visible dès la fin de l’injection.

Quels avantages à utiliser les inducteurs tissulaires ?

L’intervention permet des résultats rapides.
Il n’est souvent pas nécessaire de prendre de congé après l’injection, il est possible de regagner ses activités normales dans la foulée. Ainsi la gêne sociale est très peu importante
La durée d’efficacité est plus longue (12 à 24 mois) que celle habituellement attendue avec l’acide hyaluronique ou la toxine botulique (6 à 12 mois).

L’hypersudation

L’hypersudation ou hyperhidrose se caractérise par une production de sueur plus importante que la normale : le patient transpire souvent et excessivement. En savoir plus

Comment se déroule une séance d’injection d’inducteurs tissulaires?

L’injection de produit à lieu à dans le cabinet du médecin. L’anesthésie locale est rarement nécessaire car l’injection est quasiment indolore.
L’intervention dure entre 20 et 30 minutes, d’autres techniques complémentaires comme l’utilisation de l’acide hyaluronique peuvent être associées pour obtenir de meilleurs résultats

Y a-t-il des complications après une injection d’inducteurs tissulaires ?

Les risques sont très limités après une injection. La patiente peut constater des bleus ou un léger gonflement de la zone traitée quelques jours après l’intervention.
Le résultat quant à lui est visible dès la fin de l’injection.

Quels avantages à utiliser les inducteurs tissulaires ?

L’intervention permet des résultats rapides.
Il n’est souvent pas nécessaire de prendre de congé après l’injection, il est possible de regagner ses activités normales dans la foulée. Ainsi la gêne sociale est très peu importante
La durée d’efficacité est plus longue (12 à 24 mois) que celle habituellement attendue avec l’acide hyaluronique ou la toxine botulique (6 à 12 mois).

La gynécomastie

Le développement trop important du sein chez l’homme peut être gênant. La présence d’un petit sein féminise le thorax et génère des complexes importants dès l’adolescence. La pratique du sport pour muscler le thorax et réduire l’épaisseur graisseuse peut améliorer en partie l’aspect mais il est souvent indispensable d’avoir recours à une chirurgie pour une correction optimale

En savoir plus

Y a t’il des examens à réaliser avant de réaliser une correction chirurgicale ?

Oui, une échographie mammaire est nécessaire afin de connaitre la composition : glandulaire, graisseuse ou mixte.

Une prise en charge par l’assurance maladie est - elle possible ?

Oui s’il s’agit d’une gynécomastie (présence d’une glande anormale à l’échographie). Une partie des frais d’intervention et des honoraires peuvent être remboursés par l’assurance maladie et votre assurance complémentaire. Dans tous les cas un devis détaillé vous sera remis lors de la consultation.

En cas d’adipomastie (constitution exclusivement graisseuse) est-ce qu’une simple lipoaspiration peut suffire ?

Dans la grande majorité des cas même la graisse présente est de consistance fibreuse et donc incomplètement retirée par une simple lipoaspiration. Si une lipoaspiration simple est réalisée, le résultat est souvent insuffisant. Il est alors nécessaire en même temps que celle-ci de retirer ce tissu fibreux par une petite incision au niveau de l’aréole.

Je n’ai pas de véritable sein mais seulement parfois une saillie (bombement) et un élargissement de l’aréole notamment lorsqu’il fait chaud que faire ?

Il s’agit en principe d’une petite gynécomastie qui apparait lorsque le muscle mamillaire (muscle au niveau de l’aréole) se détend (lorsqu’il fait chaud notamment). Le retrait de la gynécomastie traite le problème et fait disparaitre la saillie de l’aréole mais le relâchement (élargissement de l’aréole) lorsque le muscle est détendu n’est que peu amélioré.

Est-il conseillé de faire de la musculation après l’intervention ?

Oui 1 mois après l’intervention la musculation des pectoraux peut être débutée ou reprise pour donner un aspect plus athlétique et masculin au torse.

Le résultat est-il définitif ?

Si votre poids est stable le résultat est définitif. Les cas de récidive de gynécomastie sont exceptionnels.